jeudi 9 janvier 2020

Bilan 2019

Alors que 2018 se termine à peine, quel serait votre premier bilan, à chaud ?
Pas mal de choses finalement. 
D'une part nous avons une diffusion partielle dans l'ouest de la France grâce aux collègues de Banquises et Comètes. Jean Luc Houdu et moi nous étions rencontré à Montmorillon en 2018 sur un salon de triste mémoire. Et nous avions sympathisé. Il m'a contacté en janvier 2019 pour me proposer une diffusion. En plus ils amènent mes titres sur des salons que je ne ferais pas. Donc ça m'a permis de grandir. Et c'est bien.
La deuxième chose c'est le succès inespéré de Valréal. Ce roman s'est bien vendu. Grâce au réseau de l'auteur mais aussi grâce au soutien des librairies grenobloises qui ont vraiment joué le jeu de soutenir l'auteur local. Tout ça a permis de faire vivre le titre. Et de créer un bon buzz. Ce qui fait que le roman a atteint des chiffres de vente que je n'espérais pas aussi vite c'est bien. Ce qui montre que dès que des libraires font à fond le job c'est tout de suite mieux.
Et avec ça un CA en hausse.

A titre personnel, hors parutions, un événement vous a-t-il particulièrement marqué ou surpris au cours de cette année écoulée (un prix, un salon, etc...) dans le paysage des littératures de l'Imaginaire ?
Comme tout le monde je crois que c'est le succès de Damasio. Mais contrairement à la majorité je n'y vois pas une bonne chose. La sortie du ghetto je la veux bien mais pas au prix de sacrifier une identité populaire pour se sacrifier au diktat des classes supérieures faussement rebelles. On aimerait bien que des initiatives soient faîtes pour aller vers les faibles lecteurs voir les non lecteurs. En tout cas ceux qui connaissent l'imaginaire par le jeu vidéo et le cinéma notamment.


Quelle est le programme pour cette année?
Cette année on commence avec un space opera cyberpunk de Paul Fichtre. La rencontre improbable d'Ocean's Eleven et des Gardiens de la Galaxie dans un univers à mi chemin entre Laurent Genefort et Iain M Banks.
On aura au printemps, un roman de gaslamp fantasy policier. Avec un détective lutin qui n'est pas sans rappeler Sherlock Holmes. Et ce sera aussi pour nous le moment où nous accueillerons notre première autrice, Tiphaine Levillain/
L'été sera sous le signe du cosmique avec Arnaud Cuidet qui nous propose un space opera entre Druillet et Kirby. Les amateurs de comics devraient y trouver leur came. Et si des dieux qui se battent dans l'espace ça vous parle c'est un roman pour vous.
Et à la fin de l'année Gerulf revient. Jean Christophe Gapdy nous donnera une nouvelle aventure de nos détectives androïdes préférés. Et elle vous surprendra. Un peu moins bondissante que la précédente, elle va quand même nous entrainer sur Lune et sur Vénus après nous avoir fait voyager plus prosaïquement en Suisse.


Enfin, quel sera votre plus grand défi pour cette nouvelle année ?
Avoir une deuxième structure de diffusion pour aller un peu plus loins.
Ensuite être toujours là l'an prochain. Et avoir un CA qui me permette d'envisager l'avenir avec sérénité.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire